Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - La couronne d’Angleterre fait le malheur des reines
Histoire de France
Histoire du monde
Partenaires

Historia.png

banniere2.jpg

Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
193 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 707726 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Henry VIII meurt le 28 janvier 1547 laissant trois enfants de trois mariages différents : Mary, née en 1516, fille de Catherine d’Aragon ; Elisabeth née en 1533, fille d'Anne Boleyn ; et Edward, fils de Jane Seymour. La naissance de cet unique fils a coûté la vie à sa mère, morte en couches en 1537. C'est donc un enfant qui n'a pas encore 10 ans qui monte sur le trône d'Angleterre sous le nom d'Edward VI. Sa soeur aînée Mary l'aide à gouverner tentant comme elle le peut de le soustraire aux mains des Lords anglais, qui voulent influencer le jeune roi. Edward VI ne pu faire de grandes choses pour son pays. Il devait mourir le 6 juillet 1553 à l'âge de 15 ans. Il ne s'était pas marié il ne laissait aucune descendance. En Angleterre - contrairement en France - les femmes peuvent ceindre la couronne en l'absence d'héritier mâle. La logique voudrait donc que Mary monte sur le trône. Seulement, Edward, influencé par ses proches, a mis à l'écart sa soeur aînée et lègue sa couronne à sa cousine Jane Grey. Cette dernière, née en 1537, est la petite-fille de Marie "Rose" Tudor, soeur d'Henry VIII. A partir de cet instant, la couronne d'Angleterre va faire souffrir toutes les femmes qui vont devoir la porter. En effet, Mary Tudor va la réclamer en tant que soeur du défunt roi et fille d'Henry VIII. Les partisans de Mary parviennent à casser la décision du défunt Edward VI. Jane Grey est emprisonnée à la Tour de Londres avec son père Henry Grey et son époux Guilford Dudley. Reine d'Angleterre du 10 au 19 juillet 1553, Jane Grey est exécutée le 12 février 1554 avec son mari. Elle a 16 ans. Son père la suit dans la mort le 23 février.

edward_VI.jpg  Mary_Ire.jpg
Edward VI ( peintre anonyme, 1546) et  Mary Ire (par Master John en 1544)

Mary Tudor monte donc sur le trône sous le nom de Mary Ire. Depuis le règne d'Henry VIII, l'Angleterre était protestante. Mary Ire est décidée à remettre en place la religion de sa mère : le catholicisme. Durant son règne, la reine fait mettre à mort de nombreux protestants. En juillet 1554, Mary épouse le très catholique roi d'Espagne Philippe II. Si Mary est éperdument amoureuse de son époux, ce dernier la fuit très vite pour retourner en Espagne, la laissant en Angleterre où la reine redouble de cruauté face aux protestants. Cela lui vaudra la surnom de "Mary la Sanglante" tant les persécutions sont dures et abusives. Mariée à 38 ans, Mary n'aura pas d'enfant bien qu'elle se croit enceinte en novembre 1554. En réalité, la reine est sous pression car on attend d’elle un héritier. De cette date jusqu’à sa mort, Mary est victime de "grossesses nerveuses" : elle présente tous les symptômes d’une grossesse mais n’est pas enceinte. Elle meurt le 17 novembre 1558 à 42 ans probablement d’un cancer de l’utérus, ce qui peut expliquer les symptômes trompeurs de grossesses. Fille d'une reine répudiée, Mary Ire fut une reine malheureuse attachée à un époux qui ne l'aimait guère et gouvernant une Angleterre qui n'acceptait pas ses convictions catholiques. La couronne passe à sa soeur cadette Elisabeth que certains considèrent comme une bâtarde. En effet, après la mort de sa mère Anne Boleyn, accusée d'adultère, Elisabeth a été déclarée illégitime par Henry VIII. Aux yeux de Rome et de nombreuses cours, Elisabeth n'est la fille que d'une maîtresse royale, la Papauté avait refusé d'annuler la première union d'Henry VIII avec Catherine d’Aragon. Passant outre, le roi avait renié le catholicisme pour épouser Anne Boleyn. Mais il était alors perçu comme bigame et sa seule épouse légitime restait pour beaucoup Catherine. Elisabeth était donc le fruit d’un mariage illégal et la fille d'une femme condamnée à mort. Pour faire front, une fois au pouvoir, Elisabeth décide de s'appuyer sur les protestants. Cependant, il y a une autre prétendante au titre de reine d'Angleterre : Marie Stuart. Dans l'ordre des choses, elle figure juste après Elisabeth sur la liste de succession au trône. Marie Stuart est la fille du roi d'Ecosse Jacques V et de Marie de Lorraine, issue de la puissante famille des Guises. Née le 8 décembre 1542, elle est reine d'Ecosse six jours après sa naissance. Son père Jacques V était le fils de Jacques IV et de Margaret Tudor, soeur aînée d'Henry VIII. Marie Stuart est donc une cousine d'Elisabeth plus légitime qu'elle aux yeux des catholiques. Mariée au dauphin de France François en avril 1558, elle est la future reine. Son beau-père Henri II la désigne alors comme dauphine de France ainsi que reine d'Ecosse et d'Angleterre. Elisabeth Ire voit très vite en Marie une rivale et s'emploie à surveiller le moindre de ses gestes.

execution_de_jane_grey.jpg
L'exécution de Jane Grey par Paul Delaroche, en 1833

En 1559, Marie Stuart devient reine de France aux côtés de François II. Sur leur sceau est alors inscrit " François et Marie, roi et reine des Français, des Ecossais, des Anglais et des Irlandais". C'est un coup dur pour Elisabeth. Le 5 décembre 1560, François II meurt et Marie décide de retourner en Ecosse, se rapprochant ainsi de l'Angleterre. Cela déplaît beaucoup à Elisabeth Ire. Sa cousine a des partisans et de l'ambition. En 1565, la reine d'Ecosse épouse Henry Stewart, Lord Darnley, qu'Elisabeth a mis sur sa route. Comme Marie, Henry est catholique et joue les amoureux jusqu'au mariage. A partir de là, Lord Darnley ne supporte pas son titre de prince consort et veut régner en roi. Il ne tolère pas que Marie ait tous les pouvoirs et qu'il ne puisse rien dire. Jaloux de son épouse, il fait assassiner son secrétaire David Rizzio sous ses yeux, en 1556. Bien qu'elle soit enceinte de plusieurs mois, pour Marie cet assassinat marque une cassure dans les relations avec son second mari. Elle entreprend une liaison avec un noble écossais, James Hepburn, comte de Bothwell. Le 19 juin, la reine met au monde un fils prénommé Jacques. Cette naissance anéantie Elisabeth Ire. La meilleure solution pour contrer sa cousine est de donner un héritier à l'Angleterre. A plusieurs reprises, Elisabeth entreprend des pourparlers avec l'Espagne ou la France en vu d'une union. Philippe II avait commencé par demander sa main sitôt Mary Ire disparue. Bien plus tard, la France propose le plus jeune fils d'Henri II, François-Hercule duc d'Alençon. Mais la reine d'Angleterre n'entend pas, au fond, prendre de mari. Elle a bien vu comment sa cousine Marie Stuart a vécu son mariage avec Lord Darnley : d'un fiancé aimant, on est passé à un époux avide de pouvoir. Elisabeth ne veut pas perdre le sien et n'entend pas le partager avec un époux. Jamais elle sera soumise à un homme : elle régnera seule sur l'Angleterre. A ceux qui désirent qu'elle se marie, Elisabeth répond qu'elle a épousé l'Angleterre. On la surnomme "la reine Vierge" dans le sens où elle n'est pas mariée. En revanche, Elisabeth Ire prend des amants parmi lesquels on retiendra Robert Dudley que la reine combla de faveurs et de titres. Pourtant, Elisabeth refusera toujours de l'épouser. D'autant que cette union aurait probablement été mal acceptée par les anglais de par la petite naissance et la nationalité du favori. A l'inverse de sa cousine, Marie Stuart finit par épouser le comte de Bothwell, "simple" écossais. En effet, le 10 février 1567, Henry Stewart est retrouvé mort à Edimbourg. Atteint d'un mal qui pourrait être la syphilis, il se reposait là bas quand sa demeure fut détruite par une explosion. On raconte d'abord que l'époux de la reine d'Ecosse est mort dans l'explosion mais son corps est retrouvé dans le jardin. Il apparaît vite que Lord Darnley a été étranglé. Le coupable ? Le comte de Bothwell et il semble que Marie ne soit pas étrangère à la mort de son mari. Si on ne peut prouver que la reine d'Ecosse ait joué un rôle dans l'assassinat de son époux, il est probable qu'elle était au courant du complot. D'autant plus qu'au lieu de condamner la conduite de James Hepburn, Marie décide de l'épouser en mai 1667 à la grande indignation de tous. On en fait des gorges chaudes jusqu'à la cour d'Angleterre. Considérée comme dangereuse, Marie finit par être faite prisonnière sur ordre de la confédération écossaise et enfermée château de Loch Leven, sur une île, tandis que son troisième époux prend la fuite. Elle justifie alors son scandaleux mariage avec le comte de Bothwell par le fait qu'il aurait abusé d'elle et qu'elle serait tombée enceinte ! En juillet, Marie fait une fausse-couche de jumeaux (certains parlent d'avortement) et doit abdiquer en faveur de son fils qu'on lui a enlevé. En mai 1568, elle parvient à s'enfuir avant d'être capturée de nouveau. Ainsi, Marie Stuart qui pouvait prétendre au titre de reine d'Angleterre se retrouve prisonnière. Sa captivité est néanmoins douce : elle peut recevoir, correspondre, et a même un ambassadeur en France. Pour s'occuper, elle lit, brode mais ne peut se tenir tranquille comme on l'espère. Marie finit par revenir sur son acte d'abdication et veut la succession d'Elisabeth Ire. Dans les années 1580, Marie Stuart décide de combattre l'hérésie et organise autour d'elle tout un réseau qui méprise Elisabeth Ire. La reine d'Angleterre est victime de plusieurs tentatives d'assassinat.

Elisabeth_1599.jpg Marie_Stuart.jpg
Elizabeth Ire en robe de sacre (école anglaise, vers 1599) et Marie Stuart (anonyme)
 

En Ecosse, le fils de Marie, Jacques VI qui est maintenant un jeune homme, ne soutient en rien sa mère. Il ne connaît d'elle que ce qu'on lui a dit et ne supporte pas qu'elle revendique son trône. Pour lui, c'est une hérétique, une mauvaise épouse et une criminelle qui a fait assassiner son père. Les partisans de Marie tentent de la délivrer, la reine déchue correspond en code et Elisabeth Ire y voit des complots. La situation est de plus en plus difficile. La reine d'Angleterre est contrainte, pour sa tranquillité et pour éviter une guerre, de faire un procès à sa cousine. On aurait retrouvé des lettres compromettantes de Marie à James Hepburn ainsi qu'une lettre annonçant un projet d'assassinat de la reine Elisabeth. Marie Stuart refuse de mettre sur papier ses aveux à moins d'être réhabilitée. Elisabeth Ire hésite longtemps à faire condamner à mort sa cousine mais elle ne sait que Marie Stuart représentera toujours une menace. La reine déchue est décapitée à la hache le 8 février 1587. Le seul tort qu'elle avait été d'être plus légitime aux yeux des catholiques que la fille d'Henry VIII. La couronne d'Angleterre l'a conduite à sa perte. Elisabeth Ire prétend, comme pour se justifier, ne pas avoir eu le choix, et avoir tout fait pour épargner sa cousine. Jacques VI proteste, pour la forme, en apprenant la mort de sa mère. Il s'en console cependant très vite. Le 23 mars 1603, la reine Vierge s'éteint à 69 ans. Si Elisabeth a su conserver le pouvoir dans sa totalité, elle a dû renoncer à l'amour. Elle a lutté seule pour garder son trône sans l'appui d'un époux et ne laisse pas d'enfant. A sa mort, c'est le fils de sa cousine, Jacques VI d’Ecosse, qui ceint la couronne d'Angleterre sous le nom de Jacques Ier. Depuis la mort d'Edward VI jusqu'au règne de Jacques Ier, l'Angleterre aura eu quatre reines : deux soeurs et filles d'Henry VIII, reines mais malheureuses dans leur vie intime ; et deux cousines des Tudor qui seront reines "fictives" mais qui y laisseront leur tête. Elles sont rentrées dans l'histoire comme Jane Grey la reine Ephèmère, Mary la reine Sanglante, Elisabeth la reine Vierge et Marie Stuart la reine Martyre.

Articles associés :

- Les portraits d'Elisabeth Ire : une propagande 

- Marie Stuart, reine de coeur

- Les Stuart devaient-ils régner sur l'Angleterre ? 



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Vous êtes ici :   Accueil » La couronne d’Angleterre fait le malheur des reines