Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - 02. Agathe-Louise de Saint-Antoine de Saint-André
Histoire de France
 ↑  
Histoire du monde
Partenaires

Historia.png

banniere2.jpg

Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
193 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 707648 visiteurs

 90 visiteurs en ligne

Le 10 juillet 1754, le duc de Luynes note  « On a eu des nouvelles que Mademoiselle Morphise est accouchée d’une fille à Paris ». En effet, le 30 juin, Marie-Louise O’ Murphy, petite maîtresse de Louis XV, a donné le jour à l’enfant de son royal amant. Baptisée le jour de sa naissance par le curé de la paroisse Saint-Paul, la petite fille était dite « fille de Louis Saint-André, ancien officier d’infanterie  et de Louise-Marie de Berhini, demeurant rue Saint-Antoine ». Louis XV ne comptait pas reconnaître ses enfants naturels, nés de petites maîtresses et d’une brève liaison. Aussi, Agathe-Louise porta le nom de son père fictif ainsi que le nom de la rue où elle naquit ! De suite, elle est enlevée à sa mère  et mise en nourrice. Par la suite, Agathe-Louise est placée au couvent de la Présentation afin d’y être élevée. Louis XV paye alors la pension de sa fille naturelle et Louis Yon, ancien secrétaire du contrôleur des finances, et Jean-Michel Delage, ancien notaire,  hommes de confiance du roi, en sont les tuteurs.

On ignore si Agathe-Louise rencontra un jour sa mère dont elle avait été séparée dès la naissance. L’Abbé Soulavie relatera plus tard une hypothétique rencontre entre Marie-Louise O’ Murphy et sa fille naturelle : au début des années 1770, Marie-Louise place sa dernière fille, Marguerite-Victoire, née en 1768, dans le même couvent que Agathe-Louise. Celle-ci se lie d’amitié avec sa jeune demi-sœur sans connaître le lien qui les unit. Les religieuses auraient ensuite accepté que Marie-Louise rencontre sa fille naturelle à condition de lui cacher qu’elle était sa véritable mère. Cependant, Agathe-Louise finit par découvrir sa véritable identité et, apprenant la chose, le roi ordonna une séparation définitive entre Marie-Louise et leur fille.



morphise.jpg
Marie-Louise O' Murphy

 En novembre 1773, alors qu’Agathe-Louise est en âge de se marier, Louis XV lui octroie des lettres de reconnaissance et de maintenu de noblesse afin que sa fille puisse se marier avec un noble. Mademoiselle de Saint-Antoine de Saint-André est alors  considérée comme étant « issue de la plus ancienne noblesse ». Le roi maintient également Agathe-Louise « dans les titres et qualités de noble acquit par droit de sa naissance sans qu’elle puisse être tenue d’en rapporter d’autres titres ni preuves dont nous l’avons dispensé ». Agathe-Louise est belle, jeune, ressemble beaucoup à Louis XV d’après certains et est dorénavant riche, le souverain ayant constitué un capital de 223.000 livres à la jeune femme. Un projet de mariage est présenté au roi par sa favorite, la comtesse Du Barry : il s’agit d’unir Agathe-Louise à son neveu, Adolphe Du Barry, fils de Jean Du Barry dit « le Roué » et « l’une des plus mauvaises réputations du XVIIIe siècle ». Louis Yon s’oppose à ce projet, considérant les Du Barry comme « une famille  de tarés ». C’est finalement Mans-Jean-René, marquis de La Tour du Pin qu’Agathe-Louise épouse le 27 décembre 1773. Sans rancune, la comtesse Du Barry facilite les débuts à la cour de la jeune marquise. Neuf mois après son mariage, Agathe-Louise meurt, probablement d’une fausse-couche, le 6 septembre 1774.


Pour en savoir plus : "Les bâtards de Louis XV et leur descendance" de Joseph Valynseele et Christophe Brun

Batards_louis_XV.bmp




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Vous êtes ici :   Accueil » 02. Agathe-Louise de Saint-Antoine de Saint-André